Les heures de déplacement ou de transport entre l'entreprise et le chantier sont un « casse tête » pour le suivi des heures.

Premier point : si on utilise une bibliothèque ouvrage, il est raisonnablement impossible d'intégrer une dose d'heure de déplacement dans un ouvrage ! Comment pourrait t-on imaginer de rajouter x minutes de déplacement dans un M² de plancher,  d'ardoises, d'aggloméré ou que sais-je ?


Donc si dans un ouvrage il n'est pas possible de rajouter un « chouia » de déplacement, il ne faut donc pas comptabiliser les heures de déplacement dans un suivi d'heures car dans ce cas on serait incohérent et dans l'absolu on aboutirait tout le temps à un nombre d'heures estimé (donc sans déplacement) inférieur au suivi réel des heures !


2 solutions : 


Soit on estime « normal » un déplacement journalier moyen par exemple de 1 heure. Donc sur 8 heures payées on en retient que 7 et ainsi dans le suivi on sera cohérent. Le taux horaire passerait donc de par exemple de 12 € = 12*8/7 à 13,71 € pour en tenir compte.


Soit si on veut suivre précisément ce paramètre ; On crée  dans la bibliothèque article une ligne main d’œuvre supplémentaire du style « main d’œuvre de déplacement » au même taux que  l'article main d’œuvre utilisé dans les ouvrages.

Dans ce cas on rajoutera dans chaque devis de manière apparente ou masquée (dans les sous détails via les ajustements) un nombre d'heures de déplacement (on pourrait d'ailleurs faire de même pour les frais kilométriques des véhicules). Ce faisant le prix de chaque ligne dans le devis augmentera en conséquence.

Dans le suivi on ventilera les heures entre les « normales » et les heures de déplacement ce qui permettra en outre de vérifier aussi si les heures de déplacement ont été correctement provisionnées dans le devis. 

La gestion des heures de déplacement

Conseils pour une meilleure utilisation du logiciel  Michel bâtiment